GTEC 2011

Systemscope a retourné au GTEC le 18 octobre 2011 avec trois convaincantes présentations riches en renseignements.

Les présentations sont maintenant disponible! (en anglais seulement)


Atelier no 1

Dénicher des économies : un retour aux sources
Gail Eagen, DG d’Opérations TI, Agriculture et agroalimentaire Canada
Kellen Greenberg, directeur de la gestion de procédés intégrés, Systemscope
Kathy Roy, conseillère principale, Systemscope

Les ministères orientent à nouveau leurs efforts sur l’identification d’économies de coûts et de gains d’efficacité dans le cadre d’initiatives de réduction du défit au GC. Et contrairement à ce qu’on pourrait s’imaginer, il n’est pas toujours pénible de dénicher des économies de coûts.[spoiler title=”Pour en savoir plus”]

En effet, il peut s’agir d’une occasion excitante de transformer la manière dont nous faisons affaire et de mieux servir les Canadiens et les Canadiennes. Une opportunité qui toutefois nécessite une approche systématique éprouvée.

Justement, Systemscope a collaboré avec ses clients pour élaborer cette approche. Nous avons développé un cadre conceptuel qui comprend une série d’outils décisionnels pour les gestionnaires qui facilite le processus de réduction de coûts. Notre approche offre une structure qui saura orienter votre initiative vers le succès.

Cette session a présenté notre approche novatrice pour produire des réductions de coûts viables et tangibles dans le cadre d’un processus d’examen opérationnel ainsi que la gestion opérationnelle quotidienne. Gail Eagen, DG d’Opérations TI, Agriculture et agroalimentaire Canada, Kellen Greenberg, directeur de la gestion de procédés intégrés, et Kathy Roy, conseillère principale de chez Systemscope ont partagé des cas vécus  et des « outils » adoptés par des clients du domaine public et privé et des sociétés d’État.

[/spoiler]



Atelier no 2

Une mise en œuvre descendante dans un monde en ascension
Stephen Karam, directeur de l’excellence du service gouvernemental, Systemscope
Jennifer Conline, Directrice adjoint, Division des Analyses et transformation des services, Agriculture et agroalimentaire Canada
Dan Batista, Directeur, Innovation dans les services, Industrie Canada

Vous vous rappelez des jours où au gouvernement, une période de 2 à 3 ans était nécessaire pour créer des solutions d’affaires de TI qui devenaient presque immédiatement érodées et dépassées ? L’utilisation de la traditionnelle approche en cascade voulant que toutes les exigences organisationnelles soient identifiées avant de procéder à un design fonctionnel et une solution d’architecture mène à des délais qui ne sont plus acceptables au sein de la nouvelle culture d’examen stratégique et opérationnel et de réductions budgétaires du gouvernement.[spoiler title=”Pour en savoir plus”] Les exigences d’ «  économies immédiates! » paradoxalement juxtaposées à celles de « niveaux de la clientèle qui n’en souffriront pas ! » font écho dans plusieurs bureaux des ministères et agences du GC. Ces nouvelles priorités exigent un cycle plus court qui mène aux objectifs voulus et à des résultats mesurables.

Systemscope a identifié cette évolution et a collaboré avec certains ministères dont RHDCC, Industrie Canada et  Agriculture et Agroalimentaire Canada pour développer des  solutions d’affaires transformationnelles en ligne dont un environnement de subventions et contributions (S et C), PerLE 2.0 et AgPal à l’aide d’une approche de conception descendante. Cette méthodologie est à l’image de l’approche de développement agile qui permet d’effectuer simplement des itérations de design, d’expérience utilisateur et de modélisation du contenu par les utilisateurs et administrateurs éventuels du système, avant d’effectuer tout travail de design et d’architecture fonctionnels. En bâtissant un prototype à l’aide de vraies données et de processus, les ministères peuvent donc le mettre à l’essai et déterminer leurs exigences avant de prendre une décision finale, ce qui assure que toute exigence est en fait un résultat testé par les usagers et qui contribuera au succès et à la demande de la solution. De plus, il est beaucoup plus facile de fidéliser les gestionnaires cadres à votre initiative de transformation si vous pouvez leur montrer votre produit en action.

Stephen Karam (Systemscope directeur de l’excellence du service gouvernemental), Jennifer Conlin, Directrice adjoint, Division des Analyses et transformation des services, Agriculture et agroalimentaire Canada et Dan Batista, Directeur, Innovation dans les services, Industrie Canada ont facilité une discussion animée des avantages indéniables de cette approche, des défis qui demeurent et un examen des systèmes d’information qu’on développe présentement à l’aide de cette approche.

[/spoiler]



Atelier no 3

Des architectures d’information gouvernementale à la eBay
Linda Daniels-Lewis, conseillère en chef, Systemscope

Les nouvelles architectures de l’information sont moins axées sur la « classification » de l’information et s’orientent plutôt sur leur « utilisation » et les actions à effectuer. Nous collaborons avec nos clients afin de développer des architectures de l’information qui optimisent le travail d’équipe, l’utilisation et le partage des renseignements et la rétention et le déclassement de documents afin de mieux s’intégrer à leurs processus d’affaires et fournir des expériences de recherche et de navigation plus semblables à celles que l’on retrouve sur les sites Internet populaires. [spoiler title=”Pour en savoir plus”]

Pour ce faire, les utilisateurs n’ont plus la responsabilité de déclarer les fichiers et nous avons supprimé les contraintes qu’imposent les répertoires qui exigeaient que les gens sachent comment naviguer des hiérarchies complexes et s’accorder sur la méthode de classification de leurs documents comme, par exemple : par sujet, par date ou dans divers répertoires de sous-activités. En utilisant les propriétés d’un document comme filtres du contenu, l’expérience d’utilisation des magasins de connaissances de l’entreprise se compare maintenant à l’utilisation de sites de cybercommerce et de portails d’information dotés de techniques de navigation dynamiques et dirigées.

Cette session a présenté les résultats de la mise en œuvre de nos concepts d’architecture d’information à l’aide de SharePoint 2010 afin de produire des architectures d’information agiles et polyvalentes au service des activités de l’entreprise. Linda Daniels-Lewis, Systemscope conseillère en chef, a expliqué la manière dont nous avons utilisé les caractéristiques SharePoint suivantes pour améliorer la collaboration, séparer l’information transitoire de l’information de valeur à l’entreprise, identifier et déclarer automatiquement les fichiers clés et séparer les fichiers actifs et inactifs à des fins de rétention ou de disposition :

– modèles de sites
– librairies
– types de contenu
– gestion de métadonnées
– flux des travaux
– utilisation minimale de répertoires

[/spoiler]



Comments:


Leave us a comment: * Your information is never shared